Stanley Kubrick : Lolita (1962)

https://m.ok.ru/video/207800961659

c’est l’inceste qui est le thème principal de ce film beau et terrible:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Lolita_(film,_1962)

bien que Humbert Humbert ne soit pas le père biologique de Dolores Haze

l’inceste et la pédophilie à vrai dire puisque Clare Quilty ( interprété par le formidable Peter Sellers) est un « artiste » pervers qui « enlève » Lolita pour l’emmener dans sa tanière du Nouveau Mexique parmi sa bande d’ »amis » dégénérés .

»Si Dieu n’existe pas tout est permis » seulement ne faut il pas prendre ce propos de Dostoievski à l’envers ?

car il existe un interdit universel de l’inceste sur lequel je me suis interrogé ici :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/01/28/scienceinternelle-10-comment-expliquer-la-prohibition-universelle-de-linceste/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/01/30/scienceinternelle-11-comment-expliquer-le-tabou-universel-de-linceste-seconde-partie/

Je reste persuadé que seule la conception de Dieu comme Idée permet d’expliquer l’universalité du tabou : « Nous aurions donc là, avec un tel foncteur, l’exemple paradigmatique de ce que nous avons appelé “déchéance ontologique” et dont nous avons trouvé comme premier exemple la déchéance de l’Idée de Dieu et sa chute (“du Ciel en Terre” ) du plan de l’Idée sur le plan de l’être . Or c’est là la catastrophe principielle , qui remplace dans la “Science Internelle” le “péché originel” des chrétiens, et qui cause la ruine de l’humanité.
Voilà pourquoi commettre l’inceste “empiriquement” , “dans le monde” , revient à commettre LE crime métaphysique contre l’humanité , qui consiste en la mise en œuvre de cette ruine de la conscience humaine par la déchéance ontologique de l’Idée. Cela consiste réellement à faire en sorte que “le ciel nous tombe sur la tête” c’est à dire que le plan de l’Idée et de l’Amour Sublime qui est l’Esprit Saint soit déchu en relation sexuelle sur le plan du monde. C’est un crime de nature “religieuse” , analogue à celui commis par les Enseignants religieux qui ont fait croire, au fil du temps, à leurs élèves que Dieu est un étant Suprême, un “Grand Architecte” ou “Grand Ingénieur” ou bien une “Puissance supérieure” , “Maître des hommes” : déchéance de l’Idée de Dieu (c’est à dire Dieu)du plan de l’Idée sur le plan de l’être ,”chute dans le Temps”, catastrophe originelle . Crime contre Dieu ET contre l’humanité, pourrait on dire
«

Dans le film de Kubrick, inspiré du roman de Nabokov :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Lolita

le narrateur, Humbert Humbert, dégringole dans une sorte de catastrophe vitale, contre laquelle devrait le prémunir son statut social de professeur cultivé, originaire d’Europe : la culture véritable, ce n’est pas l’accumulation de connaissances, c’est une sorte d’armure qui permet de faire face à la possibilité de la catastrophe, du crime contre l’humanité qu’est l’inceste.

mais comme on l’apprend dans la page consacrée au livre, Kubrick a évacué l’épisode de 1927 : le premier amour du narrateur, à 17 ans, pour une adolescente de 13 ans, Annabel Leigh (nom qui évoque un personnage de Poème), morte 6 mois après. A l’inverse, le film accorde une grande importance du personnage de Clare Quilty, le pervers pédophile, sans doute parce que ce personnage est joué par Peter Sellers, acteur fétiche de Kubrick. Il existe une curieuse relation de dualité entre Quilty et Humbert Humbert. Au fond, la pédophilie et l’inceste ont (presque) la même gravité « métaphysique »  : l’homme doit s’acquitter de son rôle  , comme on doit remplir une tâche dans le plan vital, en se mariant avant 30 ans avec une femme de son âge et en enfantant, mais après 40 ans, il doit se tourner vers le monde de l’Esprit ( c’est d’ailleurs ce qui est dit dans la Kabbale).

Comme on le voit aussi dans  la page consacrée au livre de Nabokov, l’attirance sexuelle vers des partenaires plus jeunes est un danger qui guette tout adulte de plus de, disons, 45 ans, et dans le film, les deux, Humbert et Quilty, y succombent, mais Quilty est un pervers qui n’éprouve aucun sentiment de culpabilité : les deux hommes sont des « intellectuels » qui ne sont aucunement stoppés par leur « culture », au contraire Quilty y puise une sorte de mépris envers les autres qui l’encouragent à faire du mal, un peu comme le «  familles je vous hais » de Gide, ou bien les comportements ignobles de Sartre et Beauvoir avec des adolescentes dans les années 30:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/09/13/les-amants-du-flore-2006-telefilm-sur-sartre-et-simone-de-beauvoir-dans-les-annees-30/

Or la véritable « culture », le véritable « intellect » doit justement jouer le rôle de barrage contre ces infiltrations démoniaques qui menacent de détruire l’humanité. C’est exactement la même chose que pour l’antisémitisme, qui a amené il y a 80 ans l’humanité au bord de l’abîme : là encore la « culture » des peuples européens n’a pas joué son rôle, voire a favorisé le danger

Notons que l’argument expliquant plus haut la catastrophe de l’inceste comme une « dégradation ontologique » du plan divin de l’Idée chutant sur le plan vital ne joue que pour les deux conceptions supérieures de Dieu : « Dieu en esprit et en vérité » (des philosophes et des Savants) ou dieu de la vie ( dans le christianisme) , mais pas pour les « dieux de la matière » ( Dieu- créateur du judaïsme ou de l’Islam)

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/11/24/cochetbrunschvicg-12-trois-types-detres-humains-donc-trois-conceptions-de-dieu-trois-dieux-en-guerre/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/11/25/mais-comment-sappellent-ces-trois-dieux-en-guerre-permanente/

Mais ici nous n’avons pas à nous en soucier : l’Esprit répond pour l’Esprit, pas pour la vie ou la matière.

Si nous restons « en Haut » , parmi les topoi et les catégories, nous n’avons plus à redescendre.. du bon usage de #HoTT contre la déchéance vitale de l’Amor intellectualis Dei et la catastrophe sartrienne ou houellebecquienne

 

This entry was posted in Cinéma. Bookmark the permalink.