La triade des éléments primitifs de Wronski et le Temps: qu’est ce qu’être vraiment dans le Présent ?

J’ai déjà fait allusion à cette question dans plusieurs articles :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/07/08/la-triade-des-elements-primitifs-de-wronski-et-le-probleme-du-temps/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/11/03/la-triade-des-elements-primitifs-de-wronski-en-relation-avec-les-deux-voies/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/09/14/la-nature-fonctorielle-de-la-loi-de-creation-de-wronski/

La triade des éléments primitifs, c’est le triangle supérieur de la loi de création :EE EN et ES, élément être, élément neutre et élément savoir, qui se retrouve aussi dans l’alchimie : soufre EE, sel EN et mercure ES

Qui se retrouve dans le triangle  supérieur: kether, hokmah et binah (couronne, sagesse et intelligence ) de l’arbre des Sephirot de la Kabbale :

Mais la différence entre la loi de création et la Kabbale, c’est que la première peut être transcrite dans la mathématique des topoi , celle d’après Grothendieck qui donne accès au Savoir Absolu ( à ce que Wronski appelait « Absolu »)

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/08/03/ce-sont-les-mathematiques-de-mclane-lawvere-et-grothendieck-apres-1945-qui-donnent-raison-a-wronski-un-siecle-plus-tot/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/08/16/grothendiecktopos-expose-de-laurent-lafforgue-sur-le-role-important-des-topos-de-grothendieck/amp/

J’ai eu l’idée de chercher les mathèmes de la triade Wronskienne dans les topoi :

le  mathème de EE , (l’être philosophiquement )  serait  Le topos Set des ensembles :

https://ncatlab.org/nlab/show/Set

celui de ES (l’Un ) serait Cat, catégorie des catégories, qui n’est pas un topos mais le 2-topos archétypique, qui joue ici le rôle de mathème du plan internel ou Étendue Intelligible des Idées, ce que j’appelle Dieu :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/08/25/la-metacategorie-cat-de-toutes-les-categories-comme-modele-mathematique-du-monde-des-idees-de-platon/

https://ncatlab.org/nlab/show/Cat

le mathème de EN serait un foncteur entre les deux précédents topoi, c’est  à dire un « morphisme géométrique »  dans la 2-catégorie Topos de tous les topoi :

https://ncatlab.org/nlab/show/geometric+morphism

https://ncatlab.org/nlab/show/Topos

Ceci bien sûr sous réserve que j’aie résolu le problème dû au fait que Cat n’est pas un topos mais un 2-topos; on trouve dans la page Nlab « geometric morphism «  trace d’un 2-foncteur entre Cat vue comme 2-catégorie et la 2-catégorie Topos, voir proposition 4.1 :

« Proposition 4.1. Every functor f:C→D induces an (essential, even) geometric morphism

f:=(f*⊣f*):[C,Set]⟶f*⟵f*⟶f![D,Set],where f*=(−)∘f is the functor given by precomposition presheaves with f

Moreover, for η:f⇒g:C→D a natural transformation between two such functors there is an induced geometric transformation (f*⊣f*)⇒(g*⊣g*) presheaf toposes a 2-functor

[−,Set]:Cat→Toposfrom the 2-category Cat to the 2-category Topos

Un morphisme géométrique entre deux topoi E et F est donc un couple de foncteurs adjoints , le foncteur « image directe » U et le foncteur V « image réciproque « :

U : E—————> F

V : F  —————> E

https://ncatlab.org/nlab/show/direct+image

https://ncatlab.org/nlab/show/inverse+image

U adjoint à droite de V.

Un schéma de la loi de création s’applique selon Wronski à tout « système de réalités » . Pourquoi ce cadre philosophico-mathématique ne concernerait il pas le problème du Temps, croix que doit porter selon Ernst Junger le toxicomane ou l’alcoolique, mais à mon sens tout être humain ? Ce problème n’est autre que le problème de l’existence (humaine, car mon chat bien aimé ne me semble pas porter sa croix, sauf lorsque sa pitance quotidienne ne lui est pas servie à temps) dont parle Wittgenstein en 6.521 du

»6.521 – La solution du problème de la vie, on la perçoit à la disparition de ce problème.

(N’est-ce pas la raison pour laquelle les hommes qui, après avoir longuement douté, ont trouvé la claire vision du sens de la vie, ceux-là n’ont pu dire alors en quoi ce sens consistait ?) »

Ce « problème de la vie «  touche à mon avis au temps , à ce train lancé à toute vitesse qui fonce vers la mort , comme les lettres ouvertes par le pâle employé du bureau des lettres au rebut , ces « messagères de vie, courent vers la mort «

« ah Bartleby !ah humanité !»

http://moglen.law.columbia.edu/LCS/bartleby.pdf

http://www.pileface.com/sollers/spip.php?article1345

Mais s’il est vrai que :

»Nous nous affranchirons du temps simplement vital, dans la mesure où nous en découvrirons la racine intemporelle. La vie, nous savons trop qu’elle est sans pitié pour les vivants. Elle peut se définir comme l’ensemble des forces qui résistent à la mort….. jusqu’à l’inévitable dénouement qui la révèle comme l’ensemble des forces qui acheminent à la mort…..   »

nous nous affranchirons de ce « problème de la vie » ,  lorsque ce problème disparaîtra , c’est à dire lorsque nous en aurons trouvé la racine intemporelle : cette racine, je prétends l’exposer ici !! La voici , d’ailleurs :

EE  Passé  ——Présent EN——-> ES Avenir

Qu’est ce que le Temps ? Bonne question, à laquelle il faut du temps pour apporter la réponse !

Ne seraient ce pas les trois « ek- stases » temporelles dont parlent Sartre et Heidegger : passé, présent et avenir ? Ek-stases parce qu’elles me portent au delà de moi même  : le temps c’est la véritable transcendance, d’ailleurs les hindous, peuple supérieur s’il en fût, en ont fait un dieu : Kala , le dieu suprême .

Le Passé c’est ce qui EST, ce qu’on ne peut plus changer, ce qui est définitif

A la mort , je deviens définitivement du passé , je n’existe plus je me confonds avec mon essence.

Le futur c’est ce qui est virtuel , ce qui peut encore changer : la réunion est prévue à 9 heures demain matin, mais tout cela peut encore changer , ce con de chef de service peut mourir pendant la nuit, en faisant l’amour à sa femme, ou à sa maîtresse. Ou bien je peux me défiler, en prétextant un lumbago insupportable  . Mais si à 9 heures demain matin tout le monde est là, la réunion commence, l’avenir devient du passé, du définitif, en passant par le présent , qui est fixé à 9 heures . Donc récapitulons : c’est toujours maintenant , et « maintenant «  est l’instant présent insaisissable où le futur devient du passé , de l’être définitif ; mais alors ne doit on pas inverser le sens de la flèche, de la droite vers la gauche, du futur vers le passé en passant par le présent qui est toujours là, mais toujours insaisissable  : « de l’eau partout, mais pas une goutte à boire »

Passé <—- Maintenant—- Futur

alors pourquoi oriente t’on la « flèche du temps » comme on la nomme, du passé vers l’avenir ?

Parce qu’il y a les deux orientations , les deux foncteurs, image directe et image réciproque , les deux « flèches du temps » comme en parle Jean-Charles Pichon ..

Mais le temps qui pose problème , qui est La Croix que nous devons porter, tous, pas seulement les toxicomanes, c’est le temps de la « chute dans le temps «  , l’avenir de tous les possibles et de tous les espoirs qui devient toujours et pour toujours du passé définitif, le sable qui nous file entre les doigts.. « et nos amours ? Faut il qu’il m’en souvienne , la joie  venait toujours après la peine «  la joie escomptée c’est à dire, mais une fois là elle est définitivement passée : l’avenir nous file entre les doigts, comme du sable…

Si la réalité était seulement cette déception toujours recommencée, comme la mer , la mer toujours recommencée, notre situation serait bien difficile et désespérée…

mais il y a dualité des plans et des orientations, dualité des foncteurs  : à la transformation perpétuelle de l’or de la spontanéité créatrice, de l’invention du possible  en plomb figé et durci de ce qui est définitif, doit correspondre, non pas par inversion pure et simple mais par adjonction:

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2015/07/06/une-notion-fondamentale-ladjonction/

une transformation du plomb en or  philosophal , de l’être EE en Savoir ES, du passé de ce qui est mort et tombe en poussière en « à venir «  du « monde à venir » ( ‘Olam la Bo עולם לבא)

C’est le Présent éternel  où je , pauvre ombre sur le bord du chemin, suis contemporain de Platon et Spinoza, si et seulement si j’essuie la poussière du temps qui couvrait le tableau de Maître et contemple l’éternelle Beauté du vierge , du vivace et du bel aujourd’hui qui ne va pas nous déchirer avec un coup d’aile ivre ce lac dur du Passé figé que hante sous la glace le transparent glacier des vols qui n’ont pas fui !

c’est toujours et perpétuellement le maintenant , mais le maintenant est le Janus bifrons pris dans la glace des vols qui n’ont jamais pris leur essor

Le Présent éternel est le maintenant non plus perpétuel , mais internel, illuminé par la conscience des deux flèches du temps : ce qui tombe et descend, neige ou poussière du temps, et ce qui monte , de la glace vers le Soleil … un vivant et un mort ..

alors

La Demoiselle au Tympanon
Dans une vision m’apparut :
C’était une fille d’Abyssinie,
Et sur mon Tympanon elle jouait,
En chantant le mont Abora.
Si je pouvais revivre en moi
Sa symphonie et sa chanson,
Je serais ravi en des délices si profondes,
Qu’avec musique grave et longue,
Je bâtirais ce palais dans l’air :
Ce palais de soleil ! ces abîmes de glace !
Et tous ceux qui entendraient les verraient là,
Et tous crieraient : Arrière ! arrière !
Ses yeux étincelants, ses cheveux flottants !
Tissez un cercle autour de lui trois fois ;
Fermez vos yeux frappés d’une terreur sacrée :
Il s’est nourri de miellée ;
Il a bu le lait de Paradis.

This entry was posted in category theory, Nlab, Philosophie, Science, mathesis, Science-internelle, Théorie des ensembles (set theory), Théorie des topoi (topos theory), Time, Wronski, Wronski-Messianisme-séhélianisme-Science-internelle. Bookmark the permalink.