Marc Lachieze Rey : le temps n’existe pas

Il parle du temps des physiciens, tel que le représentent la théorie newtonienne et la théorie relativiste qui est venue la remplacer au début du 20eme siècle.
L’espace et le temps de Newton ont donné toute satisfaction pendant deux siècles, jusqu’aux deux théories einsteiniennes : la relativité restreinte SR en 1905, et la relativité générale GR en 1915. SR remplace l’espace et le temps de Newton par l’espace-temps, qui est une construction mathématique . GR est une théorie de la gravitation, conçu comme une propriété mathématique de l’espace-temps : sa courbure.
La physique parvient très bien à modéliser les notions d’histoire et de durée : en relativité une histoire est une suite d’événements, c’est à dire de points d’espace temps, c’est ce qu’on appelle une « ligne d’univers ». A chaque événement on associe un nombre qui est sa date, et on définit la durée d’une histoire comme la différence des dates de son début et de sa fin. Ainsi ma vie est une histoire , celle qui s’écoule entre ma naissance et ma mort, et ma durée de vie est la différence des dates de ma mort et de ma naissance.
seulement il n’est plus possible de dire que deux histoires ayant un même événement initial et un même événement final ont une même durée : c’est ce qu’illustre le paradoxe des jumeaux de Langevin:
 
 
Mais avec la précision des horloges atomiques modernes, on arrive à vérifier ce fait, qui est donc une vérité d’expérience : soient deux horloges atomiques synchronisées, placées l’une à côté de l’autre au laboratoire : si l’on en monte une à l’étage au dessus, puis on la  ramène, l’une marquera désormais une datation différente de l’autre : de quelques milliardièmes de secondes, certes, mais quand même : cela signifie que la durée dépend de l’histoire. 
En d’autres termes il n’est plus possible de parler d’un temps objectif, mesuré par une datation objective. Certes pour les besoins de la vie sociale, il suffit de consulter sa montre.. mais à des échelles de précision importantes, cela n’est plus vrai.
On sait que le paradoxe de Langevin à soulevé des oppositions farouches, lire la page Wikipédia ci dessus. On peut aussi citer les analyses de Bergson dans « Durée et simultanéité «  : mais il reste certain que le temps n’existe pas, puiqu’il est impossible de fixer objectivement et mathématiquement une durée égale pour des histoires différentes, mais ayant un début et une fin communes.
de même on ne peut plus parler objectivement de simultanéité 
This entry was posted in Matti Pitkanen-TGD, Philosophie, Physique, Relativité, Science, mathesis, Science-internelle. Bookmark the permalink.