Dieu selon la #ScienceInternelle et selon les Livres dits “Sacrés” des trois religions “abrahamiques”

Selon le Tanakh (” Ancien Testament” ) :

“Dieu est l’Etre”

Voir Exode 3:14 :

http://www.sefarim.fr/?Library=Pentateuque&Book=Exode&Chapter=3&Verse=14

Où Dieu dit de lui même à Moïse :

אהיה אשר אהיה

(“Je suis qui Je suis”)

Selon l’Evangile (“Nouveau Testament”) :

“Dieu est Amour”

Selon le Coran :

“Dieu est une racaille”

Selon la philosophie et sa forme ultime la Science internelle :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/12/21/scienceinternelle-4-au-fait-et-dieu-dans-tout-ca/

“Dieu est Esprit”

(Le Dieu des philosophes et des Savants)

C’est là la visée la plus haute de la Science Internelle : construire, de manière collective et universelle, l’Idée de Dieu, c’est à dire Dieu lui même, comme il est dit dans l’extraordinaire poème de J L Borges sur Spinoza:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/03/09/blog-vivre-spinoza-deux-poemes-de-jorge-luis-borges-sur-spinoza/

“Brume d’or, le Couchant pose son feu
Sur la vitre. L’assidu manuscrit
Attend, avec sa charge d’infini.
Dans la pénombre quelqu’un construit Dieu.
Un homme engendre Dieu. Juif à la peau
Citrine, aux yeux tristes. Le temps l’emporte
Comme la feuille que le fleuve porte
Et qui se perd dans le déclin de l’eau.
Qu’importe. Il insiste, sorcier forgeant
Dieu dans sa subtile géométrie ;
Du fond de sa maladie, son néant,
De ses mots il fait Dieu, l’édifie.
Le plus prodigue amour lui fut donné,
L’amour qui n’espère pas être aimé.

Qu’il me soit permis de citer ces propos de Léon Brunschvicg qui rappellent les dernières lignes du poème de Borges:

https://leonbrunschvicg.wordpress.com/quelques-citations-eparses-de-brunschvicg-particulierement-eclairantes-voire-illuminatrices/

“…Les théologiens se sont attachés à distinguer entre la voie étroite : Qui n’est pas avec moi est contre moi, et la voie large : Qui n’est pas contre moi est avec moi.Mais pour accomplir l’Évangile, il faut aller jusqu’à la parole de charité, non plus qui pardonne, mais qui n’a rien à pardonner, rien même à oublier : Qui est contre moi est encore avec moi.

Et celui-là seul est digne de la prononcer, qui aura su apercevoir,

dans l’expansion infinie de l’intelligence et l’absolu désintéressement de l’amour, l’unique vérité dont Dieu ait à nous instruire…”.

Dieu peut nous instruire en tant qu’Idée, non en tant que Personne qui est (imaginée à la ressemblance humaine par les tribus ignorantes d’avant la Science occidentale et d’avant Descartes ). L’Idée de Dieu, si elle est correctement formée par la Science internelle, peut et doit nous permettre d’accéder collectivement et universellement à “l’expansion infinie de l’intelligence et à l’absolu désintéressement de l’Amour”.

Notez que l’expansion de l’intelligence prend place avant l’Amour dont elle est la condition, sinon on est chez l’Abbé Pierre, pas dans la philosophie. D’autre part l’Amour, s’il doit être absolument désintéressé, doit être l’Agapé:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Agapé

(Notion chrétienne ET Platonicienne, ce que l’on ne dit pas assez clairement).
Agapé-ἀγάπη qui s’oppose radicalement à Eros : le sexe, le désir sexuel, cette “tunique de Nessus” est l’Ennemi, l’Adversaire, le Mal Absolu, Satan en personne.

Mais bien sûr ce que je viens de dire là est une absurdité scientifique, il n’y a pas de “Mal Absolu” ni de Diable, car l’Idée du Mal contient celle de “ce qui n’est pas Absolu” l’Idée d’Absolu étant associée au Bien “au delà de l’Etre” et à l’Idée de Dieu.

Maintenant se pourrait il que la construction de cette Idée de Dieu soit la tâche primordiale de l’humanité ? Tâche qui seule donne un sens à l’existence humaine, et que ce soit là le véritable but de la Science universelle de Descartes, Leibniz et Einstein, et non pas de construire des téléphones mobiles de plus en plus perfectionnés (bientôt ils serviront de godemichés, vous verrez !) pour que les neuneus échangent des conversations imbéciles et vulgaires dans les transports publics en embêtant les autres passagers.
Ce serait dans ce but auguste (édifier Dieu) que les mathématiciens comme Galois, Wronski ou Grothendieck passent leurs nuits à manier des signes obscurs et rébarbatifs, et avec passion, encore!

Car cette construction de Dieu est figurée dans la Bible par celle de la Tour de Babel , qui finit mal :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Tour_de_Babel

https://www.universdelabible.net/lire-la-segond-21-en-ligne/genese/11.1-9/

Mais cela tourne mal parce que les humains n’ont pas un langage ni une Science universelle ( qui est ce dont Descartes a eu l’idée avec sa “Mathesis universalis”) : ils ne se comprennent pas les uns les autres. Or cette déficience est corrigée depuis 1945, année Apocalyptique s’il en fût, où Eilengerg et Mac Lane ont créé la théorie des catégories qui peut être considérée comme le langage des mathématiques, selon Elaine Landry :

http://phipeople.dss.ucdavis.edu/people/emlandry/elaine-landry/2CategoryTheoryTheLanguage.pdf

Et selon Eugenia Cheng, elle est l’architecture (nous sommes bien près de la construction de tours et de gratte-ciel) des mathématiques :

http://cheng.staff.shef.ac.uk/misc/4000.pdf

, dans sa version multi-dimensionnelle, celle des ∞-catégories et des ∞-topoi et ∞-cosmoi , qui monte jusqu’au Ciel, que nous étudions ici dans le Hashtag #HigherToposTheory et où nous avons reconnu le cadre de la Science internelle universelle, appelée “Mathesis universalis” par Descartes et Leibniz:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/la-conception-langagiere-de-la-mathesis-universalis-par-leibniz/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/01/19/scienceinternelle-8-∞-cosmoi/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/02/18/scienceinternelle-12-mathematique-philosophie-et-science-internelle-vers-une-theorie-axiomatique/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/02/24/scienceinternelle-14-victor-hugo-la-trappe-den-bas-et-la-trappe-den-haut/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/03/07/scienceinternelle-16-la-creation-nest-pas-celle-de-lunivers-par-dieu-mais-celle-des-idees-par-nous/

Comme d’habitude , le Coran se distingue par sa stupidité à propos de ce mythe de la Tour de Babel :

N’as-tu pas su (l’histoire de) celui qui, parce qu’Allah l’avait fait roi, argumenta contre Abraham au sujet de son Seigneur? Abraham ayant dit: «J’ai pour Seigneur Celui qui donne la vie et la mort», «Moi aussi, dit l’autre, je donne la vie et la mort.» Alors dit Abraham: «Puisqu’Allah fait venir le soleil du Levant, fais-le donc venir du Couchant.» Le mécréant resta alors confondu. Allah ne guide pas les gens injustes. (II ; 258)

Comment ces sauvages qui croyaient, dans leur ignorance crasse, que c’est Allah (leur Idole sanguinaire) qui donne la vie et la mort (plutôt la mort, comme on le voit à chaque JT) et fait se lever le Soleil (en fait nous savons maintenant qu’il s’agit d’une illusion dûe à la rotation de la Terre) auraient ils pu avoir l’idée d’une Science universelle, véritable “déplacement dans l’axe de la vie religieuse”, permettant à “la pensée de réussir à se détacher de son centre biologique pour s’installer dans le soleil“, Science créée il y a 4 siècles par l’esprit Européen, celui de la civilisation supérieure à toutes les autres?

Dans la page Wikipédia de la Tour de Babel (lien donné plus haut) on trouve aussi l’avis de Stefan Zweig:

“Stefan Zweig s’est inspiré de cet épisode pour assimiler « le ciel » à un but infiniment éloigné”

Ce but infiniment éloigné, c’est évidemment l’édification de la Science internelle, version enfin scientifique et rigoureuse de la philosophie, et son sommet le plus inaccessible : la construction de Dieu (qui se confond avec son Idée)
L’humanité porte en elle l’idée et l’exigence de l’Infini!

Infinite Reason