La conception langagière et calculatoire de la Mathesis universalis chez Leibniz:

Quel grand bonheur ce serait, croyez moi, si un tel langage s’était déjà établi il y a cent ans !

Car les arts se seraient développés avec une rapidité miraculeuse et, du fait que les capacités de l’esprit humain auraient été étendues à l’infini, les années seraient devenues des siècles. Ni le téléscope ni le microscope n’ont autant apporté à l’oeil que ce qu’aurait apporté à la pensée cet instrument….. tentons donc, après la découverte d’instruments pour la vue et l’ouïe, de construire pour l’esprit un nouveau téléscope qui ne nous rapprochera pas seulement des étoiles mais des intelligences elles mêmes et qui ne rendra pas seulement visibles la surface des corps mais également les formes intérieures des choses.

Je méditai donc sur mon vieux projet d’un langage ou d’une écriture rationnelle dont l’universalité et la communication entre des nations différentes ne seraient que le moindre des effets. Sa véritable utilité résiderait en ceci qu’il ne reproduirait pas seulement les mots mais aussi les pensées et qu’il parlerait plus à l’entendement qu’aux yeux. Car si nous en disposions sous la forme que je me représente, nous pourrions alors argumenter en métaphysique et en morale de la même façon que nous le faisons en géométrie et en analyse car les caractères donneraient un coup d’arrêt aux pensée par trop vagues et par trop fugaces que nous avons en ces matières; l’imagination ne nous y est en effet d’aucun secours, si ce n’est au moyen de tels caractères.

Voici ce à quoi il faut arriver: que chaque paralogisme ne soit rien d’autre qu’une erreur de calcul et que chaque sophisme, exprimé dans cette sorte de nouvelle écriture, ne soit en vérité rien d’autre qu’un solécisme ou un barbarisme, que l’on puisse corriger aisément par les seules lois de cette grammaire philosophique.

Alors, il ne sera plus besoin entre deux philosophes de discussions plus longues qu’entre deux mathématiciens, puisqu’il suffira qu’ils saisissent leur plume, qu’ils s’asseyent à leur table de calcul (en faisant appel, s’ils le souhaitent, à un ami) et qu’ils se disent l’un à l’autre : « Calculons ! ».

J’aurais souhaité pouvoir proposer une sorte de caractéristique universelle dans laquelle toutes les vérités de raison puissent être ramenées à une sorte de calcul. il pourrait s’agir en même temps d’une sorte de langage ou d’écriture universels mais qui seraient infiniment différents de tous ceux que l’on a projetés jusqu’à maintenant. Car en eux les caractères et les mots guideraient d’emblée la raison et les fautes (mises à part les ereurs matérielles) n’y seraient que des erreurs de calcul. Il serait très difficile de constituer ou d’inventer cette langue ou cette caractéristique mais en revanche fort aisé de l’apprendre sans aucun dictionnaire. Elle serait également utile pour évaluer les degrés de probabilité (lorsque nous n’avons pas de données suffisantes pour parvenir à des connaissances certaines) afin de voir également de quoi l’on a besoin pour y remédier. Et cette évaluation représenterait l’un des aspects les plus importants eu égard à l’utilité pratique et à la délibération des actions, lors de laquelle le plus souvent on se trompe plus qu’à moitié en évaluant les probabilités.»

G W Leibniz : « Scientia generalis » (Philosophische Schriften, Voll VII, p 14 sq)

Nous assistons là à une regrettable confusion entre le plan spirituel des Idées et des “Vérités de Raison” et le plan vital des langages (fussent ils universels et différents des langages ordinaires) et du calcul , c’est à dire de la raison d’entendement, confusion donc entre l’Esprit et la lettre, entre les idées et leur expression dans des écritures formels.
Descartes dans les “Règles pour la direction de l’esprit” se garde bien de cette erreur qui engage tout l’Occident moderne sur la voie de la dégradation spirituelle dans l’informatique:

https://fr.m.wikisource.org/wiki/Règles_pour_la_direction_de_l’esprit

“Le but des études doit être de diriger l’esprit de manière à ce qu’il porte des jugements solides et vrais sur tout ce qui se présente à lui.

Toutes les fois que les hommes aperçoivent une ressemblance entre deux choses, ils sont dans l’ha­bitude d’appliquer à l’une et à l’autre, même en ce qu’elles offrent de différent, ce qu’ils ont re­connu vrai de l’une des deux. C’est ainsi qu’ils comparent, mal à propos, les sciences qui con­sistent uniquement dans le travail de l’esprit, avec les arts qui ont besoin d’un certain usage et d’une certaine disposition corporelle. Et comme ils voient qu’un seul homme ne peut suffire à apprendre tous les arts à la fois, mais que celui-là seul y devient habile qui n’en cultive qu’un seul, parce que les mêmes mains peuvent difficilement labourer la terre et toucher de la lyre, et se prêter en même temps à des offices aussi divers, ils pensent qu’il en est ainsi des sciences ; et les distinguant entre elles par les objets dont elles s’occupent, ils croient qu’il faut les étudier à part et indépendamment l’une de l’autre. Or c’est là une grande erreur ; car comme les sciences toutes ensemble ne sont rien autre chose que l’intelligence humaine, qui reste une et toujours la même quelle que soit la variété des objets auxquels elle s’applique, sans que cette variété apporte à sa nature plus de changements que la diversité des objets n’en apporte à la nature du soleil qui les éclaire, il n’est pas besoin de cir­conscrire l’esprit humain dans aucune limite ; en effet, il n’en est pas de la connaissance d’une vérité comme de la pratique d’un art ; une vérité découverte nous aide à en découvrir une autre, bien loin de nous faire obstacle. Et certes il me semble étonnant que la plupart des hommes étudient avec soin les plantes et leurs vertus, le cours des astres, les transformations des mé­taux, et mille objets semblables, et qu’à peine un petit nombre s’occupe de l’intelligence ou de cette science universelle dont nous parlons ; et cependant si les autres études ont quelque chose d’estimable, c’est moins pour elles-mêmes que pour les secours qu’elles apportent à celle-ci. Aussi n’est-ce pas sans motif que nous posons cette règle à la tête de toutes les autres ; car rien ne nous détourne davantage de la recherche de la vérité que de di­riger nos efforts vers des buts particuliers, au lieu de les tourner vers cette fin unique et générale. Je ne parle pas ici des buts mauvais et condamnables, tels que la vaine gloire et la recherche d’un gain honteux ; il est clair que le mensonge et les petites ruses des esprits vulgaires y mèneront par un che­min plus court que ne le pourrait faire une con­noissance solide du vrai. J’entends ici parler des buts honnêtes et louables ; car ils sont pour nous un sujet d’illusions dont nous avons peine à nous défendre. En effet, nous étudions les sciences utiles ou pour les avantages qu’on en retire dans la vie, et pour ce plaisir qu’on trouve dans la contemplation du vrai, et qui, dans ce monde, est presque le seul bonheur pur et sans mélange. Voilà deux objets légitimes que nous pouvons nous proposer dans l’étude des sciences ; mais si au milieu de nos tra­vaux nous venons à y penser, il se peut faire qu’un peu de précipitation nous fasse négliger beaucoup de choses qui seraient nécessaires à la connoissance des autres, parce qu’au premier abord elles nous paroîtront ou peu utiles ou peu dignes de notre curiosité. Ce qu’il faut d’abord reconnoître, c’est que les sciences sont tellement liées ensemble qu’il est plus facile de les apprendre toutes à la fois que d’en détacher une seule des autres. Si donc on veut sérieusement chercher la vérité, il ne faut pas s’ap­pliquer à une seule science ; elles se tiennent toutes entre elles et dépendent mutuellement l’une de l’autre. Il faut songer à augmenter ses lumières naturelles, non pour pouvoir résoudre telle ou telle difficulté de l’école, mais pour que l’intelli­gence puisse montrer à la volonté le parti qu’elle doit prendre dans chaque situation de la vie. Celui qui suivra cette méthode verra qu’en peu de temps il aura fait des progrès merveilleux, et bien supé­rieurs à ceux des hommes qui se livrent aux études spéciales, et que s’il n’a pas obtenu les résultats que ceux-ci veulent atteindre, il est parvenu à un but plus élevé, et auquel leurs vœux n’eussent ja­mais osé prétendre.”

La Mathesis universalis est l’unité des sciences, ” les sciences toutes ensemble”, c’est à dire l’intelligence (ou plutôt Sagesse) humaine: le plan spirituel, qui est unité