Le dernier acte de l’horreur du gang des barbares “Eperdûment” la descente aux enfers de Florent Gonçalves

Pour voir le film “Eperdûment”:

https://openload.co/embed/fuiNHorn-H0/

(Cliquer une fois sur la flèche au centre de l’écran attendre un peu puis cliquer une seconde fois dessus, cela fonctionne)

film sur la liaison fatale entre Emma ou Sorour Arbabzadeh, la musulmane d’origine iranienne qui avait joué le rôle de l’appât dans l’enlèvement antisémite suivi de meurtre et d’actes de barbarie d’Ilan Halimi , et Florent Gonçalves, directeur de la prison où elle était détenue:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Affaire_du_gang_des_barbares

http://www.marianne.net/Fatale-Emma-S-qui-a-emmene-en-taule-le-directeur-de-la-prison_a202211.html

Il y a quelque chose de terrifiant dans cette notion d’appât , il faut se représenter ce genre de filles comme des araignées visqueuses et monstrueuses qui capturent leur victime et l’enroulent dans leur toile .

Que sont d’autre ces cités sensibles, ces “quartiers”, comme on dit, où la vie humaine et surtout la conscience et la subjectivité humaine n’a plus qu’une valeur d’échange , monnayable et jetable, afin de se procurer ces objets de consommation (dont font partie les filles) qui forment le seul horizon de ces “zones de non-droit et de non-civilisation”,que sont elles d’autre sinon le plan vital dans sa globalité devenu visible ? “Darkness visible”…

http://darknessvisible.christs.cam.ac.uk/intro/introduction.html

https://www.dartmouth.edu/~milton/reading_room/pl/book_1/text.shtml

http://www.bartleby.com/4/401.html

“At once, as far as Angel’s ken, he views
The dismal situation waste and wild.
A dungeon horrible, on all sides round,
As one great furnace flamed; yet from those flames
No light; but rather darkness visible
Served only to discover sights of woe,
Regions of sorrow, doleful shades, where peace
And rest can never dwell, hope never comes
That comes to all, but torture without end
Still urges, and a fiery deluge, fed
With ever-burning sulphur unconsumed.
Such place Eternal Justice had prepared
For those rebellious”

https://fr.m.wikisource.org/wiki/Le_Paradis_perdu/Livre_I

“D’un seul coup d’œil et aussi loin que perce le regard des anges, il voit le lieu triste dévasté et désert : ce donjon horrible, arrondi de toutes parts, comme une grande fournaise flamboyait. De ces flammes point de lumière ! mais des ténèbres visibles servent seulement à découvrir des vues de malheur ; régions de chagrin, obscurité plaintive, où la paix, où le repos, ne peuvent jamais habiter, l’espérance jamais venir, elle qui vient à tous ! mais là des supplices sans fin, là un déluge de feu, nourri d’un soufre qui brûle sans se consumer.

Tel est le lieu que l’éternelle justice prépara pour ces rebelles ; ici elle ordonna leur prison dans les ténèbres extérieures ; elle leur fit cette part trois fois aussi éloignée de Dieu et de la lumière du ciel, que le centre de la création l’est du pôle le plus élevé. Oh ! combien cette demeure ressemble peu à celle d’où ils tombèrent !”

Voilà comment il faut comprendre ces réalités démoniaques ;l’enfer existe bel et bien, nous y sommes, c’est le monde où nous existons et où nous vivons ces exaltantes histoires d’amour, comme on dit..

Seulement il faut choisir : soit on fait de la métaphysique, soit on fait de la sociologie et de la politique…

img_1518

Advertisements
This entry was posted in Anthroposophie, Cinéma, Coran, Crise migratoire, Europe, Islam, Israel, Littérature-Poésie, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Plan vital-plan spirituel, Religions and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.