Le mathématicien découvreur ou inventeur ? idéalisme vs réalisme

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/01/23/scienceinternelle-les-idees-invention-creation-humaine-ou-non/

Affirmer que les idées mathématiques existent dans un « monde intelligible » indépendamment de la pensée humaine revient à dire que « le vrai est, le bien est, Dieu est » c’est à dire la triple proposition génératrice du scepticisme, de l’immoralisme et de l’athéisme. C’est la thèse connue comme celle du réalisme platonicien: les Idées existent, sont « quelque part » , dans un monde qui n’est pas créé par l’intelligence humaine, mais que celle ci peut « explorer » et « parcourir », y découvrant des idées et des vérités (rapports d’idées ) qu’elle n’invente donc pas mais « ramène «  avec elle dans le monde depuis ce monde intelligible.

Oui, mais si l’on convient , pour ne pas tomber dans le piège du scepticisme-immoralisme-athéisme, de dire que les idées sont une création de l’intelligence humaine, que dira t’ on en cas de contact avec une espèce extra-terrestre, non humaine, avec laquelle l’humanité arrive à entamer un dialogue scientifique, au moyen de formes mathématiques comprises par les deux espèces de manière intersubjective ?
Ce n’est pas tout à fait ( que l’intelligence humaine soit « la même «  que celle des extra-terrestres) la thèse du film « Arrival »

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/12/16/premier-contact-arrival-2016-excellent-et-important/

https://m.ok.ru/video/216015440503

à cause de l’ambiguité sur les glyphes des extra-terrestres : langage ou science ? Des glyphes que les humains parviennent à « comprendre » ce qui les amène à un dépassement de la notion reçue, linéaire , de temps

Il faut cependant se garder de confondre l’invention d’une Idée avec un « événement dans le monde » qui pourrait laisser des « traces cérébrales »correspondant à une date précise dans le temps du monde. C’est peut être là le sens du film « Arrival »

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/10/22/cochetbrunschvicg-6-la-conversion-de-la-chair-a-lesprit-dans-le-temps-hermetique/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/09/21/cochetbrunschvicg-3-les-deux-aspects-de-limmanence/

http://thomiste12.over-blog.com/pour-parvenir-à-une-résurrection-de-vie-cf.-s.-jean-v-25-28-29

La vie de l’Esprit se développe dans ce que Marie Anne Cochet, qui a écrit en 1937 « la conversion spirituelle dans la philosophie de Léon Brunschvicg », appelle « Présent éternel », ce que je préfère exprimer en disant que « les Idées vivent sur le plan internel » qui est intemporel. C’est peut être là la racine intemporelle du temps vital dont parle Brunschvicg :

« Nous nous affranchirons du temps simplement vital, dans la mesure où nous en découvrirons la racine intemporelle. »

L’affranchissement vis à vis du temps vital passerait donc par l’élévation de l’âme au plan internel. C’est sans doute là le sens du « Temps retrouvé » de Marcel Proust.

Advertisements
This entry was posted in Cochet-Brunschvicg, Léon Brunschvicg, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Philosophie mathématique, Science, mathesis, Science-internelle. Bookmark the permalink.